Lundi 11 juillet 2022

« Cette civilisation occidentale qui, de nos jours, a fini par s’identifier, même aux yeux des autres peuples, avec la « civilisation » tout court. »
Zoé Oldenbourg « Les croisades » (ouvrage de 1965)

C’était en avril, Avec Marianne et Jean-François, nous partagions un gite, en Bourgogne près de Tournus.

Le gite était pourvu de nombreux livres, classés sur des étagères.

Un livre a attiré mon attention : « Les Croisades » de Zoé Oldenburg.

Je le pris et commençai à le lire.

Zoé Oldenbourg était historienne, mais aussi romancière.

Elle est née en 1916 à Saint-Pétersbourg, un an avant la révolution bolchevique.

Son grand-père était un homme de lettres et fut ministre du gouvernement Kerenski à l’été 1917, c’est-à-dire le gouvernement de la Russie après le renversement du Tsar Nicolas II et avant l’arrivée au pouvoir de Lénine.

Son père est déjà historien mais aussi journaliste.

Sa famille décide de quitter l’Union Soviétique de Staline en 1925 et d’émigrer en France.

Elle deviendra française écrira des romans et des livres d’Histoire, notamment :

  • Le Bûcher de Montségur, 1959.
  • Les Croisades, 1965.
  • Catherine de Russie, 1966.

Et son dernier Livre :

  • L’Épopée des cathédrales, 1998.

Elle meurt, en France, le 8 novembre 2002.

Son ouvrage de 1965, sur les croisades, commence par un avant-propos dont voici le début :

« Le présent ouvrage n’est pas à proprement parler une « Histoire des Croisades » — il ne traite que de ce qu’il est convenu d’appeler les trois premières croisades et de l’histoire du royaume de Jérusalem jusqu’à sa conquête par Saladin.

L’histoire de ces trois premières croisades et des États francs de Syrie est ici considérée surtout du point de vue de la situation politique du Proche-Orient au XIIe siècle. Le phénomène de la croisade, les rapports de l’Occident latin avec Byzance et l’Islam et la tentative, unique en son genre, d’implantation d’un État occidental dans un milieu oriental sont évoqués dans ce livre de façon nécessairement schématique et incomplète, étant donné l’ampleur du sujet ; ce que j’ai essayé d’analyser, après tant d’historiens éminents auxquels je n’ai pas la prétention de me comparer, c’est le côté humain de cette aventure longue, tragique, complexe et malgré tout glorieuse.

Quelque signification que l’on veuille accorder au mot gloire, il est sûr que les premières croisades sont à l’origine d’une certaine notion de la gloire, notion propre à l’Occident latin, et, à ce titre, elles n’ont pas peu contribué à la formation de cette civilisation occidentale qui, de nos jours, a fini par s’identifier, même aux yeux des autres peuples, avec la « civilisation » tout court. »

Voilà donc ce qu’une femme de lettres issue du milieu intellectuel russe et intégrée dans le monde intellectuel parisien écrivait en 1965 :

« Cette civilisation occidentale qui, […] a fini par s’identifier, même aux yeux des autres peuples, avec la « civilisation » tout court »

Cela ne choquait personne en 1965, et pendant longtemps cela n’a choqué personne.

« La civilisation » c’était la civilisation occidentale.

Beaucoup, même s’il n’ose pas exprimer cela aussi brutalement, continue à être en accord avec le fond de cette phrase.

En tout cas, ils agissent comme s’ils considéraient cela comme une évidence.

Cela n’a jamais été une évidence.

Et aujourd’hui ce n’est plus une évidence du tout.

Cette idée est remise en cause par une très grande partie de l’humanité, probablement même par tous les autres, je veux ceux dirent qui ne se considèrent pas comme occidentaux.

La guerre d’Ukraine et d’autres évènements et actes internationaux nous montrent cette réalité.

J’ai donc voulu revenir au livre de Samuel Huntington : « The Clash of Civilizations » qui a été traduit en français par « Le choc des civilisations ».

Cette lecture m’incite à commencer une série de mots du jour sur ces deux concepts de civilisations et de choc des civilisations.

Je vais commencer cette série tout en la parsemant de pauses nécessaires au cours de cette période estivale qui est aussi une période de vacances.

<1698>

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.