Jeudi 14 mai 2020

«Il est plus facile d’unifier des économies et des administrations que d’unifier des mémoires»
Bronislaw Geremek parlant des mémoires différentes de l’Europe de l’Ouest et de l’Est

Nous considérons souvent comme une erreur l’intégration rapide des pays de l’est européen communiste dans l’Union européenne après la fin de la dictature communiste.

Et il est vrai quand nous voyons aujourd’hui Jarosław Kaczyński en Pologne ou Viktor Orban en Hongrie, nous pensons que tout cela n’est pas très raisonnable.

Mais lors des évènements qui ont libéré les pays de l’est européen du joug communiste, il n’y avait pas exactement le même type de personne qui dirigeait ou influençait ces pays. Il y avait la grande figure de Václav Havel en Tchécoslovaquie et en Pologne il y avait bien sûr Lech Walesa et surtout deux hommes qui le conseillaient : Tadeusz Mazowiecki et Bronislaw Geremek.

L’entretien dont je vais parler aujourd’hui concerne ce dernier homme politique : Bronislaw Geremek

Il a été publié dans le premier numéro de la revue XXI qui est paru le 17 janvier 2008.

Le 13 juillet 2008, Bronislaw Geremek
conduit une voiture qui percute un véhicule de livraison. L’accident le tue sur le coup.

Le titre de cet article qui a été repris dans le livre « Comprendre le monde » qui constitue la source de cette série de mots du jour était : « L’Europe pour nous à l’Est, c’était un idéal »

La journaliste qui a mené l’entretien s’appelle Weronika Zarachowicz et elle a introduit son article par la phrase suivante :

« Il a consacré sa vie à chercher des raisons de vivre ensemble ».

Bronisław Geremek fait partie de cette catégorie d’intellectuels qu’on a appelé « les dissidents », ce qui qui signifie qu’ils n’étaient pas d’accord avec la politique de leur gouvernements. Mais comme il ne s’agissait pas de démocratie, bien qu’ils portaient par ruse le nom de « démocratie populaire », il ne pouvait exister d’opposition, donc d’opposants, c’est pourquoi ils étaient dissidents.

Il était né Benjamin Lewertow le 6 mars 1932 à Varsovie dans une famille juive. Il a pu fuir du ghetto de Varsovie en 1943 et ainsi sauver sa vie.

Il est devenu par ses études historien, il a d’ailleurs étudié en 1956 et 1957, à l’École pratique des hautes études. Il a été ainsi très fortement influencé par l’école française des Annales et la lecture des historiens français Lucien Febvre, Marc Bloch et Fernand Braudel. Dans son domaine universitaire il travaillera sur l’histoire des pauvres au moyen âge.

Au niveau politique, il assiste aux grandes grèves de Gdańsk en 1980 et rejoint le mouvement syndical Solidarność. Il fait partie des négociateurs « intellectuels » avec Tadeusz Mazowiecki que Wałęsa voulait à ses côtés pour négocier avec les autorités, ce qui aboutit à l’accord de Gdańsk le 31 août 1980. Il y incarne le collectivisme autogestionnaire antistalinien. Il devient conseiller personnel de Lech Wałęsa. À la suite du coup d’État du général Jaruzelski en 1981, il est interné durant deux ans et demi. Après sa libération, il est l’un des animateurs d’un comité pour la sortie pacifique du communisme et sera l’un des négociateurs du compromis du printemps 1989 et continuera à participer à la politique polonaise…

A quelques mois de sa mort, l’entretien avec Weronika Zarachowicz lui permet d’analyser les évolutions de l’Europe avec son expérience d’historien, de politique et d’homme d’action.

La Pologne est entrée dans l’Union européenne en 2004, mais en 2008 les dirigeants polonais expriment déjà du scepticisme à l’égard de l’Union, mais Bronislaw Geremek dissocie les dirigeants sceptiques et la population qui voue un véritable attachement à l’Europe. Mais les polonais n’attendaient pas que de l’Europe un marché commun, selon Geremek mais aussi une sécurité et une protection notamment contre la Russie toujours menaçante.

Pour l’historien, L’Europe n’était pas à l’origine un projet uniquement économique contrairement à ce que beaucoup prétendent aujourd’hui :

« Je ne cesse de rappeler qu’au début de l’histoire européenne, il y eut des rêves. L’Europe n’est pas une création de chefs comptables : elle est fille de l’imagination européenne, y compris celle de poètes et de philosophes. L’idée européenne est ancienne. Elle accompagne notre Histoire depuis le Moyen-âge. La communauté chrétienne médiévale était, déjà, une première unification de l’Europe. L’idée de coopération entre rois et princes s’est développée dans la foulée et a gagné l’Europe entière. Un légiste français du XIVème siècle a même été le premier à lancer cette idée d’unification européenne. »

Geremek ne précise pas qui est ce légiste français. Mais je pense qu’il s’agit de Pierre Dubois (1255-1321) qui était un légiste de Philippe Le Bel. Pierre Dubois a bien conceptualisé une union chrétienne des pays européens mais sous la direction du Roi de France. Il s’agissait de s’unir surtout en raison des croisades contre la puissance islamique. Et il avait imaginé par exemple, une cour internationale de justice pour régler les différends entre les nations et un interdit économique devrait être déclaré contre toute puissance chrétienne qui ferait la guerre à une autre puissance chrétienne.

Geremek continue :

« Tout au long de l’histoire moderne, ce projet sera formulé et reformulé que ce soit par le Duc de Sully, l’intendant d’Henri IV […] Saint-Simon […] ou encore par Victor Hugo avec ses Etats-Unis d’Europe… »

Et il explique que dans l’est de l’Europe des philosophes comme Jan Patocka et Edmund Husserl ont également imaginé une telle Union. Mais c’est sur la différence entre la vision de l’Ouest et de l’Est que la réflexion de Geremek est la plus intéressante :

« Il est plus facile d’unifier des économies et des administrations que d’unifier des mémoires…Nous avons hérité d’un fonds commun, mais aussi de blessures dramatiques.

Prenez le XIXème siècle ! Pour les Européens de l’Ouest, c’est le triomphe de l’Etat-nation, le siècle des merveilles technologiques et scientifiques. La perception est radicalement différente pour les Européens de l’Est. En particulier pour la Pologne, un pays qui fut l’une des plus grandes nations de l’Europe moderne avant d’être divisé et occupé, pendant 123 ans, par trois puissances. Un pays, donc, qui n’a pas eu pendant plus de cent ans d’existence indépendante…

Voilà notre XIXème siècle.

On retrouve la même antinomie quand on évoque la Première Guerre mondiale. Interrogez des anglais ou des Français, ils mentionneront Verdun, parleront d’une hécatombe de millions de morts, d’une guerre nouvelle avec l’utilisation des gaz et de l’aviation, du déclenchement d’une crise morale majeure…

Chez nous, à l’Est, le panorama est différent : la Première Guerre mondiale marque le début de l’indépendance de la Pologne, l’émergence de la Tchécoslovaquie, de la Yougoslavie et de plusieurs Etats balkaniques.

Je vais poursuivre. Avec encore un exemple, mais il y en a tant. Tenez ! Dans vos livres d’Histoire, vous évoquez longuement le 1er septembre 1939, date de l’invasion de la Pologne par l’armée allemande. Pourquoi retenir cette date ? Parce que la France et la Grande Bretagne sont alors entraînées dans la guerre contre Hitler.

A l’Est, nous avons retenu une autre date. Celle du 17 septembre, qui marque le jour où l’armée rouge a envahi les territoires polonais et finlandais avant d’occuper les Républiques baltes.

Votre mémoire ignore certains de nos constats, comme celui-ci : la disparition de la Pologne est due à l’action de deux grandes puissances, et non d’une seule. Cette réalité-là vous est simplement inconnue. »

Le point de vue est différent, les expériences des mêmes évènements dissemblables et donc les réactions sont différentes aujourd’hui :

« L’incompréhension se lit régulièrement dans bon nombre de débats au Parlement européen. Quand les euro-parlementaires polonais, tchèques ou bulgares affirment que l’Europe doit offrir des garanties de sécurité, ils se voient souvent accusés d’entretenir une obsession de persécution. Mais ce n’est pas une obsession ! Ce n’est pas une rhétorique ! C’est une réalité que l’Histoire nous a enseignée de la façon la plus douloureuse qui soit ! Nous, nous connaissons nos voisins russes. Ce n’est pas le cas de l’occident. Il s’agit d’une différence de mémoire. »

Cet entretien parle encore de beaucoup d’autres sujets notamment de ses travaux d’historiens sur les pauvres du moyen âge dont il tire des enseignements sur le prolétariat d’aujourd’hui.

Il dit notamment :

« Plus j’approfondis ma réflexion sur le monde occidental, plus je m’interroge que le coût humain du changement et du progrès. La question de la main d’œuvre est à mon sens la question-clé de la formation du capitalisme. Sans la prolétarisation, sans l’existence de cette main-d’œuvre abondante et à bas prix, jamais celui-ci n’aurait pu se construire. […]Il faut observer le développement de nouveaux colosses capitalistes comme la Chine ou l’Inde. Il repose sur le travail d’une masse énorme de pauvres, à commencer par les millions d’ouvrières textiles. »

Mais le cœur de cet entretien me semble être cette mémoire séparée entre l’Europe de l’Ouest et L’Europe de l’Est que Bronislaw Geremek esquisse avec pertinence.

Bronislaw Geremek avait dirigé la collaboration d’historiens, de politiques, d’économistes pour un ouvrage : « Visions d’Europe » dans lequel, au-delà de l’Histoire, chacun cherchait surtout à parler de l’avenir pour essayer de trouver des pistes pour bâtir une Union qui corresponde aux besoins des européens de maintenant.

<1424>

Jeudi 15 novembre 2018

« La Pologne fête les 100 ans de sa renaissance »
Une des conséquences de la première guerre mondiale

Je dois avouer que je ne connais rien de la Pologne qui est pourtant le pays de ma mère.

Il faut savoir que dans les conséquences de la guerre 14-18, il y a aussi la renaissance de l’État de Pologne.

Le sentiment national est très fort dans le cœur des polonais, mais en 1914 ils n’avaient pas d’État.

Le dimanche 11 novembre pendant que le Président Macron présidait les cérémonies du centenaire de l’armistice, entouré de nombreux chef d’Etat et de gouvernement, à Varsovie une foule de 200 000 polonais fêtait les 100 ans de l’indépendance de la Pologne dans une grande marche patriotique et une forêt de drapeau. <J’ai trouvé cette vidéo d’Euronews> qui l’évoquait en soulignant qu’aucun représentant important des Etats de l’Union européenne n’était venu se joindre au peuple polonais pour fêter ce grand jour pour eux. Il est vrai que le gouvernement polonais a pris des décisions concernant le Droit et l’Histoire qui l’ont mis sinon au ban de l’Union du moins rendu peu fréquentable.

L’image qui illustre le mot du jour a été publiée dans un article, sur ce sujet, du journal <La République des Pyrénées>

La Pologne et les polonais ont connu, au long des siècles, un grand problème : leurs voisins.

Le territoire des polonais est pris en étau, comme entre un marteau et une enclume :

  • A l’Ouest, il y a l’Allemagne, avant 1870 la Prusse
  • A l’Est, il y a la Russie,

Ces deux immenses puissances avaient pris l’habitude de se partager ce territoire. Et nous savons qu’elles le referons, une dernière fois en 1939, du temps de Staline et de Hitler par le pacte que signerons Von Ribbentrop et Molotov.

Quand l’Allemagne envahira la Pologne ce sera le déclenchement de la seconde guerre mondiale. Parallèlement l’Union Soviétique attaquera à l’est.

En 1914, un troisième empire, l’Autriche-Hongrie, participait à la partition qui datait de 1795.

Pourtant, les historiens font de la Pologne un des plus anciens pays d’Europe et date sa fondation de l’an 966, date à laquelle on fixe la christianisation de la Pologne. Wikipedia nous apprend que cette christianisation est l’œuvre de Mieszko Ier, duc des Polanes, et c’est son fils Boleslas Ier le Vaillant qui deviendra le premier roi de Pologne, sacré en 1025.

J’ai trouvé un site français spécialisé pour les pays de l’est de l’Europe, Il s’appelle : <Visegradpost>. Ce site écrit :

« Le 11 novembre est un jour de fête et de commémorations en Pologne.

Depuis plusieurs semaines déjà, les drapeaux blancs et rouges flottent fièrement pour célébrer la liberté si chère au peuple polonais, et dont ce dernier a longtemps été privé. En 1795, la jadis puissante Pologne a totalement disparu de la carte de l’Europe au profit de ses voisins. De 1795 à 1918, l’Empire russe, la Prusse et l’Autriche se partageaient l’entièreté du territoire polonais.

Durant cette longue période de 123 ans, le pays fait l’objet d’une importante campagne de dépolonisation.

En plus de l’occupation du territoire, les envahisseurs russes et allemands ont également mené une politique visant à annihiler la « polonité ». Le simple usage du polonais dans les territoires occupés était sévèrement puni dans ce contexte de germanisation (à l’Ouest) et de russification (à l’Est). Ceci explique en partie l’attachement des Polonais à leur identité (nationale, culturelle, religieuse,…). Ce n’est qu’au moment de la signature de l’Armistice du 11 novembre 1918 que la Pologne est réapparue sur la carte du monde.

Il faut garder à l’esprit que la Pologne demeure l’un des plus anciens pays d’Europe. La fondation de l’État polonais date de l’an 966. Au cours du XVIIe siècle, la Pologne représentait une des plus grandes puissances européennes avec un territoire s’étendant sur une superficie (largement) supérieure à celle de la France actuelle (Royaume de Pologne-Lituanie, 815 000 km2). »

Cet article qui parle d’une disparition totale de la Pologne en 1795, néglige un petit épisode du à Napoléon Ier qui créa Le duché de Varsovie en 1807, sur des territoires partiellement polonais pris au royaume de Prusse lors du traité de Tilsit. Le roi de Saxe Frédéric-Auguste Ier, allié de Napoléon, devient aussi duc de Varsovie. En 1809, le duché reçoit des territoires repris à l’Empire d’Autriche. Il prend fin dès 1813, étant occupé par l’armée russe à la suite du désastre de la retraite de Russie.

L’époque la plus glorieuse ou du moins la plus puissante de la Pologne se situe au XV et XVI siècle quand elle s’allie avec la Lituanie pour donner « La République des deux Nations ». C’est pendant cette période que la Pologne renforcée de la Lituanie a pu mener plusieurs invasions contre la Russie, alors affaiblie par une période de troubles internes. Ses troupes parvinrent même à occuper Moscou du 27 septembre 1610 au 4 novembre 1612.

L’amoureux d’Opéra que je suis, se rappelle que dans le chef d’œuvre de Moussorgski « Boris Godounov » les troupes polonaises envahissent le plateau à la fin de l’Opéra. Ce n’est pas tout à fait exact, les troubles internes dont il était question dans le paragraphe précédent concernent cette période qui suit la mort d’Ivan le Terrible et la vacance du pouvoir en raison de la mort de sa lignée. C’est bien Boris Godounov qui était un proche du Tsar qui va prendre le trône. Mais il mourra subitement, le 13 avril 1605 à Moscou donc avant l’occupation de Moscou par les polonais en 1610.

Cela n’arrivera plus et l’expansion de l’Empire Russe au XVIIIème siècle prendra le chemin inverse et grignotera peu à peu le territoire polonais.

Les russes ne sont pas les seuls à envahir la Pologne, il y a aussi les suédois, les prussiens et aussi les turques.

L’Histoire retiendra les « Les trois partages successifs de la Pologne » qui auront lieu en 1772, 1793 et 1795.


Wikipedia nous apprend :

« La première partition de la Pologne, en 1772, conduit à un sursaut civique. Ce sursaut mène en 1791 à la proclamation de la Constitution polonaise du 3 mai 1791, nettement moins « révolutionnaire » que celle de la France, mais, néanmoins perçue comme trop dangereuse pour ses voisins, d’où le deuxième partage, qui provoque une révolte menée par un héros de la guerre d’indépendance américaine, Tadeusz Kościuszko. Cette révolte sert de prétexte au troisième partage, quand le royaume de Pologne est rayé de la carte. »

Nous savons qu’il y a aura cependant pendant 6 ans l’existence du duché de Varsovie.

Mais pendant tout ce temps, le peuple polonais gardera sa fibre nationaliste. Les musiciens joueront un grand rôle : Chopin en raison de célébrité et dont la musique évoquera toujours sa Pologne natale qui n’existait plus en tant qu’Etat, il écrira notamment ses célèbres <Polonaises> et c’est un autre pianiste et compositeur Ignace Paderewski (1860-1941) qui jouera un rôle essentiel dans la renaissance de l’Etat polonais, ce sera d’ailleurs lui qui signera le Traité de Versailles au nom de la Pologne. Il aura surtout un rôle éminent auprès du Président américain Woodrow Wilson.

C’est ainsi que le président américain, dans son discours du 8 janvier 1918, prononcé devant le Congrès, inclut l’indépendance de la Pologne parmi ses Quatorze Points :

« Un État polonais indépendant devra être constitué, qui inclura les territoires habités de populations indiscutablement polonaises, [État] auquel devra être assuré un accès libre et sûr à la mer, et dont l’indépendance politique et économique et l’intégrité territoriale devraient être garanties par engagement international. »

La création de l’Etat polonais ne sera pas une partie facile, l’Allemagne est hors d’état de nuire, mais la Russie soviétique dans sa crise révolutionnaire s’attaque à la Pologne lors de la guerre russo-polonaise (février 1919 – mars 1921) car les frontières entre les deux États naissants, la Russie soviétique et la Deuxième République de Pologne n’avaient pas été clairement définies par le traité de Versailles. A la fin de la guerre le traité de 1921 se traduit pour la Pologne par des concessions territoriales au regard de la situation frontalière en avril 1920.


Et après le nouveau dépeçage de la Pologne entre l’Allemagne de Hitler et la Russie de Staline, les Polonais retrouveront un État en 1945, mais si peu indépendant car sous la coupe de l’Union Soviétique par l’intermédiaire du Parti Communiste qui s’appelait en Pologne le POUP : Parti ouvrier unifié polonais

On peut comprendre que les polonais continuent après cette longue histoire à se méfier des russes et peut être aussi des allemands.

La carte de la Pologne est aujourd’hui encore significativement différente de celle de 1921. Ainsi le Dantzig allemande est devenu Gdansk et la ville polonaise de Lwow est devenu ukrainienne sous le nom de L’viv. Varsovie s’est rapprochée de la frontière de l’Est et Poznan s’est éloignée de la frontière de l’Ouest. Bref, la Pologne a gagné sur l’Allemagne et a perdu sur l’Union Soviétique.

Les Européens exigeront comme condition de leur accord à la Réunification de l’Allemagne que cette dernière reconnaisse officiellement, en 1990, le tracé de la frontière polono-allemande appelé ligne Oder-Neisse


Si vous voulez en connaître davantage sur ce sujet pour pourrez lire sur le site du journal « La Croix » un entretien avec un historien américain : Timothy Snyder, qui parle de la complexité de cette nation jusqu’à aujourd’hui et aussi de ses parts d’ombre : <L’histoire de la Pologne, de la mort d’une civilisation à la naissance d’un État-nation>

<1147>