Vendredi 30 septembre 2016

Vendredi 30 septembre 2016
«Avant cela, avant qu’il ne faille quitter cette vie pour nous fondre dans l’autre, nous sommes responsables de notre destinée.
Je ne serai pas accusée de m’être dérobée.»
Leonora Miano, Crépuscule du tourment
Voici ce premier paragraphe :
« On étouffe comme avant l’orage. Il approche, prend son temps, strie le ciel d’éclairs soudains et espacés, lance sur nos existences d’indéchiffrables imprécations. J’en ai vu d’autres. Le tonnerre s’apprête en coulisse, on l’entend qui prépare ses grondements pour tout à l’heure, ce ne sont encore que des roulements sourds. La Mère du monde doit faire, en cet instant, quelques discrets gargarismes. Sous peu, sa voix se fera puissante, mais qui saura en décrypter les arrêts ? On a beau écouter, on n’entend que ce qui est au fond de soi. Le temps viendra, pour que la divinité révèle la vérité, approuve ou non notre conduite sur la terre des vivants. Avant cela, avant qu’il ne faille quitter cette vie pour nous fondre dans l’autre, nous sommes responsables de notre destinée. Je ne serai pas accusée de m’être dérobée.»
Léonora Miano est une écrivaine de langue française franco camerounaise. Elle a été invitée à France Inter par Patrick Cohen le 23 septembre 2016.
Pour comprendre le choix de ce mot du jour, il faut que je parle un peu de moi.
Je suis très sensible aux sons, aux timbres. J’aime le beau son, l’orchestre philharmonique de Berlin avec Karajan délivrait une pâte sonore  qui immédiatement enclenchait dans mon corps des réactions émotionnelles.
La voix humaine se trouve pour moi dans ce même registre. Joan Baez ou Jean Ferrat pour quitter le monde de la musique classique possèdent de ces voix qui ouvrent immédiatement l’attention auditive.
Et puis il y a la voix même sans musique.
Marie-France Pisier, qui nous a, hélas, quitté en avril 2011, était une écrivaine, une actrice merveilleuse, une personne lumineuse et c’était une voix !
Et ce matin du 23 septembre 2016, quand Leonora Miano a simplement répondu «bonjour» à Patrick Cohen, mon attention auditive bienveillante a été immédiatement captée.
Très bien Alain… Mais on peut avoir une merveilleuse voix et dire des choses très banales, stupides voire répugnantes.
Evidemment, mais une fois entré dans l’attention par la grâce du son, j’ai écouté ce que disait cette voix grave, douce, chaleureuse et enveloppante : et c’était très intelligent, rempli d’expériences critiques et positives.
Et puis Augustin Trapenard a invité en fin d’émission Leonora Miano à lire le début de son <dernier livre : Crépuscule du tourment> paru en août 2016.  Et cette lecture m’a touché et c’est pourquoi j’ai partagé cet extrait avec vous.
Née au Cameroun, elle explique qu’il existe une sorte de déification de l’Occident [au sein des élites africaines] ce qui les a poussées à ne pas transmettre la culture ancestrale africaine à leurs enfants. Ce qui n’est jamais positif car cette rupture coupe les individus de leurs racines tellement importantes dans la construction de l’être.
Elle a refusé d’aller au lycée français en 6e, car elle avait vu des jeunes y aller et “les a vu changer”. On comprend : “pas dans le bon sens”. J’ai cru comprendre qu’ils devenaient prétentieux et méprisants à l’égard de celles et ceux qui n’avaient pas le même parcours.
Elle a pris la nationalité française parce que sa fille était française et que cette démarche simplifiait beaucoup sa vie administrative. Au début, elle ne se sentait pas française de cœur, mais au fur à mesure de sa vie en France son attachement à la France s’est peu à peu construit. Quelquefois sur des détails, elle avoue ne pas pouvoir se passer du “Comté” et plus généralement des fromages français.
Mais son identité, elle la dit « frontalière, je me tiens là où les mondes se rencontrent en permanence »
Et elle affirme :
« Être français, c’est vouloir participer au projet ‘France’, ce qu’on va en faire, gaulois ou pas. La France est encore un projet, nous ne sommes pas encore en pleine époque de fraternité et d’égalité. La France est avant tout un projet qu’il faut faire passer de la virtualité à la réalité : faut bosser »
 
<J’ai trouvé cet article très intéressant de 2012 : Léonora Maino un auteur qui dérange> où elle évoquait l’intention de quitter la France, mais selon l’émission de France Inter ce n’est plus le cas. Dans cet article, est évoqué une de ses quêtes : travailler sur les non-dits.
<759>

Jeudi 29 septembre 2016

Jeudi 29 septembre 2016
« Il y a deux mille ans la France s’appelait la Gaule »
Ernest Lavisse
Michel Rocard disait «La France va très mal. Le cœur de ce malaise reste économique.» (mot du jour du 7 septembre 2016)
L’ancien président qui projette l’idée de le redevenir parle peu d’économie et beaucoup de sécurité et d’identité.
Il a donc déclaré le 19 septembre à  Franconville, dans le Val d’Oise «Dès que l’on devient Français, nos ancêtres sont Gaulois».
Les sondages semblent lui donner raison, il rattrapent son retard sur son concurrent le plus sérieux.
La stratégie politique lui donne aussi raison puisque Alain Juppé ne parle plus d’économie et d’éducation mais réplique à Nicolas Sarkozy.
Les grands stratèges militaires le disent tous : si vous parvenez à attirer votre adversaire sur le terrain que vous avez choisi, la victoire est en vue.
Et ce grand stratège politique (nous savons cependant que les qualités pour gagner les élections sont assez éloignées de celles qu’il faut pour bien gouverner) continuent son récit :« Nos ancêtres étaient les Gaulois  mais aussi les tirailleurs musulmans morts à Monte Cassino », a-t-il ajouté samedi 24 septembre.
Mais revenons à nos ancêtres gaulois. Les gens de ma génération l’ont appris à l’école et nous qui sommes des gens raisonnables, nous savons que nous devons nous méfier de ce qu’on raconte à la télévision, dans les publicités et ce que disent les hommes politiques. Mais ce qu’on a appris à l’école, c’est la vérité et même dirait Régis Debray c’est “sacré”.
Je n’avais pas beaucoup remis en cause cet apprentissage de l’école primaire. Mais vous savez que j’ai débuté des études d’Histoire à l’Université de Lyon 2 en 2003  et j’ai eu comme professeur Yves Roman qui était professeur d’Histoire romaine. C’était un homme érudit et qui a écrit de nombreux livres savants sur l’Histoire romaine.
Bien qu’il fût érudit, il avait besoin  de manger à midi et pour ce faire il fréquentait la cantine de la Direction des Finances du Rhône que j’utilisais également.
Ainsi, si nos horaires coïncidaient, nous déjeunions ensemble pour parler de choses et d’autres et surtout d’Histoire.
Et comme il avait aussi écrit un livre sur la Gaule, il m’initia aux mythes de la Gaule.
Dans le monde des grands historiens, le premier à écrire une Histoire de France fut Jules Michelet (1798-1874).
Le suivant fut Ernest Lavisse (1842-1922). Cet historien fut très affecté par la défaite de la France en 1870. Par la suite, il influença énormément l’enseignement de l’Histoire dans les écoles en France. Les manuels scolaires étant directement inspirés par ses ouvrages.
Dans Wikipedia, nous apprenons ainsi que selon l’enseignement d’Ernest Lavisse :
« Autrefois notre pays s’appelait la Gaule et les habitants s’appelaient les Gaulois » (cours élémentaire),
ou « Il y a deux mille ans la France s’appelait la Gaule » (cours moyen).
« Nous ne savons pas au juste combien il y avait de Gaulois avant l’arrivée des Romains. On suppose qu’ils étaient quatre millions » (conclusions du livre I du cours moyen).
« Les Romains qui vinrent s’établir en Gaule étaient en petit nombre. Les Francs n’étaient pas nombreux non plus, Clovis n’en avait que quelques milliers avec lui. Le fond de notre population est donc resté gaulois. Les Gaulois sont nos ancêtres » (cours moyen).
« Dans la suite, la Gaule changea de nom. Elle s’appela la France » (cours élémentaire).
La formule emblématique “Nos ancêtres les Gaulois” se trouve chez Lavisse dans un passage du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire (commencé en 1878 et publié en 1887):
« Il y a dans le passé le plus lointain une poésie qu’il faut verser dans les jeunes âmes pour y fortifier le sentiment patriotique. Faisons-leur aimer nos ancêtres les Gaulois et les forêts des druides, Charles Martel à Poitiers, Roland à Roncevaux, Godefroi de Bouillon à Jérusalem, Jeanne d’Arc, Bayard, tous nos héros du passé, même enveloppés de légendes car c’est un malheur que nos légendes s’oublient, que nous n’ayons plus de contes du foyer, et que, sur tous les points de la France, on entende pour toute poésie que les refrains orduriers et bêtes, venus de Paris. Un pays comme la France ne peut vivre sans poésie. »
Alors ouvrons le dossier : d’abord “la Gaule” fut une invention de Jules César qui voulait prendre le pouvoir à Rome et qui pour ce faire avait besoin de prestige. Dans la Rome républicaine, le prestige venait de conquêtes militaires. Et la renommée était d’autant plus grande que l’adversaire vaincu était redoutable. César a donc décrit une Gaule unie contre les romains et des guerriers féroces que seul son génie stratégique et son courage a permis de vaincre. Seulement à Alésia, l’armée de César était composée de légionnaires romains, de guerriers germaniques et aussi de tribus gauloises. Car toutes les tribus gauloises n’étaient pas ralliées à Vercingétorix, il y en avait une bonne part du coté de César.
Vous trouverez en pièce jointe, 2 articles tirés de la Revue Historia qui avait consacré un numéro spécial à la Gaule. Le premier est d’Yves Roman et le second de  Christian Goudineau qui écrit : « Demandons-nous d’abord ce qu’est la Gaule. Et quitte à en décevoir plus d’un, on est forcé de constater que, dans l’Antiquité, la Gaule n’a jamais existé, si ce n’est par le récit de César. Comme il le dit lui-même, le territoire qu’il a conquis est occupé par des peuples qui diffèrent entre eux par la langue, par les coutumes et par les lois. Ce territoire, c’est aussi César qui lui assigne des limites : au sud, la Provincia romaine (notre Provence) et les Pyrénées, à l’ouest et au nord, l’Atlantique, la Manche et la mer du Nord et à l’est, le Rhin et les Alpes. Or, cela ne correspond à aucune réalité ni politique, ni ethnographique ni même géographique. César a isolé la partie occidentale de la Celtique, vaste ensemble traversé par le Rhin et par le Danube – fleuves larges certes, mais franchis aisément en tous sens depuis des millénaires -, séparant et regroupant arbitrairement des peuples de même origine en nommant les uns, Gaulois, et les autres, Germains. Il veut démontrer qu’il a conquis un ensemble homogène aux frontières imprenables. De tels découpages « pratiques », privilégiant les objectifs géopolitiques aux réalités des peuples, se répètent jusqu’aux périodes les plus récentes. L’artifice n’échappe d’ailleurs pas aux contemporains de César. Les Romains ne disent pas la Gaule mais les Gaules et les auteurs latins, comme Strabon, décrivent les Germains comme ayant les mêmes coutumes et les mêmes modes de vie que les Gaulois.»
Yves Roman m’a expliqué que c’est lors de la révolution française qu’est né le mythe de nos “ancêtres les gaulois”. La révolution c’est le combat entre le tiers état et les nobles. Qui sont les nobles ? Issus de la lignée des mérovingiens, des carolingiens et des capétiens ? Ce sont les descendants des Francs ce peuple germanique qui a envahi “La Gaule” (avec d’autres) et a donné son nom à notre pays. Et dans un raccourci saisissant, ce mythe a conclu que ceux qui n’étaient pas nobles devraient être de la descendance du peuple autochtone mythique : les gaulois.
Tout cela ignore superbement les extraordinaires mélanges de populations qui se sont réalisés dans notre beau pays. Avant les romains, il y eut les grecs à Phocée (Marseille), puis les romains et toutes les peuplades germaniques, les normands et tous les autres… Tous ces peuples ce sont, au fur et à mesure, mariés entre eux. Sans compter que tous les francs n’étaient pas nobles. Bref un mythe, basé sur des croyances éloignées de la réalité.
Puis Napoléon III pris fait et cause pour ce mythe, il fut le grand ordonnateur des fouilles d’Alesia. Par la suite la défaite de 1870 contre les “tribus germaniques” raviva la flamme de la Gaule vaincue en raison de la trahison des nobles germaniques qui subsistaient en France. Ernest Lavisse alla étudier en Germanie, pardon en Allemagne pour comprendre la puissance de ce peuple. Et fit entrer dans l’enseignement des petits français, le mythe de nos ancêtres gaulois qu’il camoufla derrière une prétendue science historique qui en l’occurrence n’était pas à l’œuvre.
Pourtant, Christian Goudineau nous apprend que les gaulois restent présents dans notre actualité et notamment parce que plusieurs noms de nos villes actuelles ont pour origine le nom de la tribu gauloise du lieu, ce nom ayant supplanté le nom latin donné par les romains : « Et ces noms sont restés bien vivants, nous les employons tous les jours puisqu’ils baptisent nos villes actuelles. Caesarodurum, capitale des Turons, est devenue Tours, Mediolanum, celle des Santons, est devenue Saintes, Lutetia,  celle des Parisii, Paris
Je finirai par un petit dessin humoristique du Courrier Picard qui dévoile un échange entre
l’ancien président, descendant des Huns puisque d’origine hongroise et désormais descendant des gaulois puisque français avec son épouse, descendante des romains puisque Italienne…

Mercredi 28 septembre 2016

Mercredi 28 septembre 2016
« On ne peut pas interdire tout ce qu’on rejette »
Thomas de Maizière, Ministre de l’Intérieur allemand
C’est un invité de l’émission du Matin de France Culture du 29/08/2016 qui a rapporté cette phrase du Ministre allemand.
Elle me paraît très appropriée pour ce temps où divers comportements de certains de nos concitoyennes et concitoyens nous heurtent.
On ne peut pas, parce que nous sommes dans un pays de liberté, liberté que nous chérissons.
Et que si nous retournions vers une société de normes dans tous les domaines nous perdrions notre liberté et notre âme.
Pendant ce temps, en Iran qui s’est enfin ouvert au reste du monde – et au monde libéral. Mais cette libéralisation n’est, pour l’heure, qu’économique. Pas morale, pas sociale… Pour preuve, donc, cette « fatwa » lancée le 10 septembre par la plus haute autorité du pays : les Iraniennes n’ont plus le droit de faire du vélo. Et ce, parce qu’en montant sur une bicyclette – c’est ce qu’a dit Ali Khamenei : « elles attirent l’attention des hommes et exposent la société à la corruption ». Mais oui, mais oui, bien sûr… « Faire du vélo : le nouveau défi des Iraniennes », lit-on sur le site NOUVELLES NEWS, qui nous explique que certaines sont entrées en résistance : elles se montrent en train de pédaler – photos sur les réseaux sociaux… « Nous n’abandonnerons pas nos vélos », lance une mère avec sa fille. Sachant donc qu’elles risquent aujourd’hui d’être arrêtées par la police…
L’Iran est le contraire d’un pays de liberté. La théocratie s’attaque toujours aux libertés et l’expérience montre que c’est d’abord aux libertés des femmes.

Mardi 27 septembre 2016

Mardi 27 septembre 2016
« L’essentialisme »
Concept philosophique qui suppose l’existence d’une essence précédant l’existence
Comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, nous versons souvent dans l’essentialisme sans nous en rendre compte. Pourquoi ?
Très simplement : nous affirmons « Les jeunes » sont … et nous y ajoutons une qualité ou une manière de se comporter que nous prétendons donc être partagées par tous les jeunes, parce qu’ils font partie de la catégorie “jeune”. Les jeunes qui se trouvent dans les grandes écoles d’ingénieurs, les jeunes qui poursuivent des études à l’Université et les jeunes qui ont quitté l’école sans diplômes…sont tous des jeunes. Il est donc possible de les rassembler dans un grand ensemble d’individus qui ont des points communs que nous savons décrypter et synthétiser.
En philosophie, l’essentialisme s’oppose à l’existentialisme qui postule que l’être humain forme l’essence de sa vie par ses propres actions, celles-ci n’étant pas prédéterminées par des doctrines théologiques, philosophiques ou morales. L’existentialisme considère donc chaque personne comme un être unique maître de ses actes, de son destin et des valeurs qu’il décide d’adopter.
Mais aujourd’hui, comme hier l’essentialisme est très présent.
Ces jugements péremptoires sur les jeunes sont très réducteurs, manquent d’intelligence et de nuance.
Mais il y a un essentialisme encore plus dangereux. Pendant longtemps ce fut une attitude à l’égard des juifs. Les juifs sont….
Il y avait des juifs pauvres et des juifs riches, des juifs commerçants et des juifs musiciens, des juifs croyants et des juifs assimilés, mais tous les juifs possédaient des caractéristiques communes, pour l’essentiel très négatives au regard de ceux qui jugeaient.
Ma fille Natacha qui est jeune mais unique, probablement comme tous les autres jeunes, possède de belles et fortes convictions humanistes, de justice et d’équité.
Elle est toujours révoltée quand on parle des musulmans de manière globale et négative.
Elle n’aime pas l’essentialisme et elle a raison.
Le musulman, ça n’existe pas !
Il existe des musulmans, dans leur diversité, pour les uns très croyants, pour les autres presque sortis de la religion, n’ayant plus qu’un lien distendu avec la communauté de leurs parents. Et bien sûr, il existe tous les stades intermédiaires entre ces deux extrêmes.
Nous savons qu’il existe aussi quelques individus qui se déclarent musulmans et qui veulent du mal à ceux qui ne pensent pas comme eux, ou tout simplement comme à Nice veulent tuer sans distinction.
Il existe aussi des Etats théocratiques et archaïques qui professent une religion obscurantiste, violente et sectaire. Je veux évidemment parler des monarchies du Golfe, du Pakistan et de l’Iran. Mais il ne s’agit pas “des musulmans”, mais de certains musulmans. Ces Etats influent des rigoristes qui sont dans notre pays et prêchent de même façon un islam archaïque et sectaire. Mais ils constituent une minorité.
Toutefois, l’obscurantisme est une tare bien répartie dans le monde, non réservée à des minorités du monde musulman.
Et Natacha m’a guidé vers un reportage qui montre cet obscurantisme qui prétend que les musulmans sont… en résumé des gens qu’on ne peut avoir pour voisin et qu’il faut empêcher de construire des mosquées, de se réunir et vivre leur Foi en paix : https://youtu.be/WvMLOITnnzo
Ce reportage de Canal +, nous amène à New York, mais aussi dans l’Amérique profonde et en France, à Paris, à la Goutte d’or …
Je laisserai le dernier mot à ma fille qui est jeune et déjà bien sage : « Il existe des lieux où croire est devenu un combat surtout quand on est musulman. Et comme ce fut un combat pour les juifs de croire pendant la seconde guerre mondiale.
L’ouverture d’esprit doit se faire dans les deux sens. [L’acceptation des croyances et de la Foi de l’autre(*)] est le plus grand des combats qui devrait être mené par tous. »
(*) Natacha avait simplement utilisé le mot de “tolérance”​, que je me suis permis d’exprimer autrement à la suite du mot du jour d’hier…

Lundi 26 septembre 2016

Lundi 26 septembre 2016
« Je ne viens pas prêcher la tolérance. »
Mirabeau
La réflexion de Régis Debray que j’ai tenté de synthétiser la semaine dernière sur la croyance, le sacré et le monothéisme me semble particulièrement riche et féconde. Et il faut constater que s’il aborde tous ces sujets avec une pensée et une démarche scientifique de l’agnostique qu’il est, il reste très empathique avec la croyance, le sacré et même Dieu. Dans la conclusion de sa quatrième émission, celle consacrée à Dieu, il récuse ceux qui voudraient faire du Dieu monothéiste un bouc émissaire et lui faire porter la responsabilité de nos malheurs actuels. A tout prendre, il pense même que le Dieu monothéiste est une solution bien meilleure que les autres religions que l’Homme a inventé pour essayer de le remplacer.
Et que dire de la religion de l’argent ? Devenir milliardaire semble être l’objectif de vie de certains. Cette quête permet-elle de faire vivre les hommes ensemble ? Permet-elle de créer le “Nous” indispensable à cimenter une société humaine ?
Pour finir, provisoirement, cette réflexion sur le religieux, je voudrai encore partager avec vous ce développement de Régis Debray sur la tolérance qu’il a mené dans l’émission sur la laïcité.
Car, dans ce domaine de la cohabitation des croyances concurrentes, la tolérance me paraissait une valeur positive à encourager.
Tel n’est pas l’avis de Mirabeau, ni de Debray qui en appelle au premier :  
« La laïcité n’est pas non plus la tolérance. La tolérance est un mot que Mirabeau jugeait injurieux.
Pourquoi ?
Parce que la tolérance c’est de l’indulgence. C’est une indulgence propre à l’ancien régime. C’est la condescendance d’un supérieur qui lève un interdit parce que cela lui parait bon ou qui octroie l’impunité à un inférieur.
Disons, le maître tolère, le maître souffre la différence d’un obligé qui n’est pas son égal, il le fait mais il pourrait ne pas le faire. Ainsi de l’Edit de tolérance du 29 novembre 1787 qui fut une concession de Sa Majesté à l’égard de la minorité protestante.
Un droit n’est pas concédé, il est reconnu.
Et la tolérance est à la laïcité ce que la charité est à la justice »
Oui, la sécurité sociale, les allocations chômage, les pensions d’invalidité sont chez nous des droits, non de la charité. La dérégulation générale, et si nous n’arrivons pas à stabiliser notre Etat social conduira très probablement à diminuer les droits et redonner beaucoup de place à la charité, autrement dit au bon vouloir des riches.
Régis Debray fait une juste comparaison avec « la tolérance face à la laïcité ».
Et vous trouverez le propos de Mirabeau page 166 dans ce livre « Chefs-d’œuvre oratoires de Mirabeau » qui a été numérisé par notre « ami Google » et dont je cite l’extrait complet :
« Je ne viens pas prêcher la tolérance. La liberté la plus illimitée de religion est à mes yeux un droit si sacré, que le mot tolérance, qui voudrait l’exprimer, me paraît en quelque sorte tyrannique lui-même ; puisque l’existence de l’autorité qui a le pouvoir de tolérer attente à la liberté de penser, par cela même qu’elle tolère, et qu’ainsi elle pourrait ne pas tolérer. »
Vous trouverez le travail de notre ami <ICI>

Vendredi 23 septembre 2016

Vendredi 23 septembre 2016
«Laïcité
Le cadre laïc se donne les moyens de faire coexister sur un même territoire des individus qui ne partagent pas les mêmes convictions, au lieu de les juxtaposer dans une mosaïque de communautés fermées sur elles-mêmes et mutuellement exclusives »
André Philip à l’Assemblée constituante de 1945
D’abord une petite anecdote, quand je vais à mon travail le matin et que je prends le bus C25, j’emprunte la rue André Philip, car il fut député du Rhône et résistant. En outre, Le maire de mon arrondissement, le 3ème de Lyon, est Thierry Philip qui est le petit-fils de cet homme qui était d’origine protestante.
Régis Debray affirme que ce propos qu’André Philip a tenu à la Tribune de l’Assemblée Nationale en 1945, constitue la définition la plus sobre et la plus exacte du terme de laïcité dont il est beaucoup question ces temps-ci. Car la laïcité ne fait pas l’objet d’une définition explicite dans nos textes fondamentaux. Notamment la loi de 1905, de la séparation de L’Église et de l’État, ne la définit pas et même le mot de laïcité n’y figure pas, pas plus que celui de religion remplacé par le mot de culte.
La laïcité est une « originalité française » affirme Régis Debray.
Et il introduit ce sujet de cette manière :
« Qu’avons-nous donc en commun, vous et moi ? à part le français pour s’exprimer et dans le meilleur des cas des papiers en règle dans la poche. Qu’est ce qui relie 60 millions de nombrils juxtaposés dans un même hexagone ? Qu’est ce qui peut, en cas de crise, empêcher un espace de solidarité de voler en éclat ? Comme cela se voit en ce moment même dans une dizaine de pays. Avec la centrifugeuse du tout à l’ego et les réclamations communautaires, c’est une question qu’on commence à se poser dans la France du chacun chez soi.
Nous cherchons tous un principe symphonique capable de faire un « Nous ». C’est d’ailleurs le cas de tous les agrégats humains, tant qu’ils rechignent à se désagréger. Oui ! L’unité d’un mille-feuille, c’est cela l’exploit à recommencer chaque jour et partout. […] faire d’une multitude de populations, un peuple […]. [La devise des Etats-Unis] résume cela très bien : « E pluribus, Unum » c’est-à-dire « Faire de plusieurs, Un » »
<Wikipedia>, nous apprend que cette devise empruntée à un poème attribué à Virgile fut considérée comme la devise des États-Unis jusqu’en 1956 quand le Congrès des États-Unis passa une loi (H.J. Resolution 396) adoptant « In God We Trust » (« En Dieu nous croyons ») comme devise officielle. Il me semble que cette évolution, qu’on pourrait qualifier de théocratisation des USA, est loin d’être neutre et explique beaucoup de malentendus ou d’incompréhensions entre les Etats-Uniens et les Français.
Mais pour revenir au propos introductif de Régis Debray, il pose cette question : « La question préalable qu’on pourrait poser aux 193 États réunis aux Nations-Unies : Comment faites-vous chez vous ? » Et il ajoute pour la France : « la manière d’y répondre a un nom : laïcité »
Je ne doute pas que le texte de la  constitution de 1958 constitue un de vos livres de chevet. Toutefois, je me permets de vous en rappeler l’article 1 : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. »
Ce mot ne figure pas dans la constitution fédérale américaine, ni la constitution fédérale allemande, ni dans aucune constitution d’un Etat européen. C’est Régis Debray qui l’affirme.
Dans les autres pays
« Ce que professe, l’état de Droit des pays occidentaux ordinaires c’est la liberté de croyance. [Ce qui est fort différent]. Cela n’exclut pas qu’une religion puisse être une religion d’Etat à condition qu’elle ne constitue pas une atteinte aux droits des autres citoyens qui n’adhèrent pas à cette religion.
En Allemagne, par exemple, l’Etat recouvre le denier du culte par l’impôt. En Grande Bretagne, le chef de l’Etat, aujourd’hui la Reine est le chef spirituel de l’Eglise anglicane, depuis Henry VIII. L’Eglise orthodoxe est reconnue comme religion principale en Grèce. En Italie où le blasphème (Comme en Grande-Bretagne) continue à constituer un délit, les crucifix ornent toujours les salles de classe et les salles des tribunaux.
On comprend, dès lors, que notre pays offre à tous les fous de Dieu une cible de choix. »
Notre pays n’est pas en odeur de sainteté, auprès de ses propres homologues. [Ainsi] la France est dans un statut d’accusé dans une liste de 28 États où la liberté de conviction est dite maltraitée ou minorée. C’est dans un rapport de l’ONU de 2004 traitant de la liberté de religion dans le monde.
Voici un article qui parle de ce rapport à l’égard de la France. <Ici> vous trouverez ce rapport dans son intégralité.
Régis Debray explique que « [dans notre pays] le contrôle et la répression des sectes et le fait de ne pas donner des droits particuliers à des minorités sont tenus aux Etats-Unis pour des atteintes aux droits humains. D’ailleurs le mot « secte » est tenu chez nous pour un terme péjoratif, ce qu’il n’est pas du tout dans le monde anglo-saxon. »
On se souvient que les autorités américaines s’étaient notamment émues, du « mauvais traitement » que la France infligeait à l’Eglise de la Scientologie. Mais pour cette « secte » en particulier qui compte parmi ses rangs John Travolta, Tom Cruise, Chick Correa, la France n’est, pour une fois pas seule, et par exemple l’administration de Bill Clinton est intervenue auprès du gouvernement d’Helmut Kohl pour défendre cette organisation qui lui semblait malmenée en Allemagne. 
Même le droit européen sous hégémonie anglo-saxonne et en particulier les derniers arrêts de la Cour Européenne des droits de l’homme mettent la France en difficulté par la création de ce nouveau concept  « la libre jouissance des droits à la liberté religieuse ».
La définition et la traduction de la laïcité française, pose beaucoup de soucis dans quasi toutes les langues du monde. Originellement le laïc s’oppose au clerc. Le droit canon de 1983 de l’Église catholique définit précisément ces deux catégories (canon 207 §1) :« il y a dans l’Église, parmi les fidèles, les ministres sacrés qui en droit sont aussi appelés clercs, et les autres qui sont aussi appelés laïcs. ». Le laïc est donc, au sens catholique, un croyant mais qui n’a pas été consacré dans un ministère et qui dès lors n’a pas, en principe, le droit d’administrer un sacrement de l’Eglise ou de tenir la messe.
C’est donc, comme le dit Debray, un contre-sens de faire de la laïcité un outil contre les religions : « la confusion la plus navrante qui sévit dans le monde arabo musulman, c’est la traduction de «laïc » par « sans religion » ce qui dans ce monde est une insulte. C’est un lamentable contre-sens. [D’ailleurs] la laïcité qui fut créée par la 3ème République fut en grande partie l’œuvre de croyants protestants. […] La laïcité n’est pas un athéisme soft, elle n’est pas un parti pris anti religieux»
C’est à ce stade qu’il en vient à l’intervention orale d’André Philip à l’Assemblée constituante de 1945 «Le cadre laïc se donne les moyens de faire coexister sur un même territoire des individus qui ne partagent pas les mêmes convictions au lieu de les juxtaposer dans une mosaïque de communautés fermées sur elles-mêmes et mutuellement exclusives ».
Pour Debray : Tout est dit. D’abord, un cadre qui peut se remplir comme on veut, par la sagesse et la spiritualité que l’on souhaite. Ensuite un territoire, c’est-à-dire un ancrage territorial, une nation. Nous n’avons pas affaire à une morale atmosphérique mais à un cadre juridique.
La coexistence qui évite la juxtaposition d’une mosaïque de communautés fermées sur elles-mêmes et qui risquent ainsi de se haïr les unes les autres.
Et il ajoute :
«  La laïcité est un cadre de coexistence qui ne prétend pas au statut d’idéologie. La laïcité met la transcendance en autogestion, elle donne à chacun la liberté de remplir le cadre comme il l’entend tant qu’il respecte la règle du jeu.
Quand on a une foi, on a une conviction et une conviction ce n’est pas une opinion ! On ne prend pas le mors aux dents pour une opinion, il nous arrive d’en changer [d’opinion] et même d’en rigoler de bon cœur. […] Nous avons des colères mais elles sont courtes. […] Une opinion, ça ne se blesse pas et ça ne crie pas vengeance.
Mais il y a en Europe, des minorités et à nos frontières des peuples entiers quoi n’ont pas des opinions mais des convictions. […]
Une Foi religieuse cela engage le corps et l’esprit. Et certains croyants sont même capables de donner leur vie pour ce qu’ils croient être leur cause.
Et ceci pose un grand problème de coexistence, parce qu’il n’est jamais facile de vivre quand on a une conviction, au milieu de gens qui ont en d’autres, non moins fortes et susceptibles que les vôtres.
Et c’est encore plus difficile de faire cohabiter des « je m’enfoutiste » et des illuminés, des gens à sang froid et des gens à sang chaud. »
Et comme le fait remarquer le philosophe, l’accélération des migrations et des mélanges de population que nous vivons augmente encore la tendance naturelle de tout le monde animal, dont fait partie le genre humain, du rejet viscéral du  dissemblable.
Mais le philosophe est vigilant est nous met en garde : « Notre laïcité est un chef d’œuvre en péril qui non seulement doit faire face à l’isolement international mais aussi à des menaces à l’intérieur de notre pays. »
Pour la menace intérieure, il parle d’une triple crise d’autorité : 1/ le Vrai, 2/ l’Etat, 3/ L’Ecrit.
D’abord le Vrai :
« L’unité du peuple humain a pour preuve, pour garantie, l’universalité du savoir : Il n’y a pas de mathématiques luthériennes, il n’y a pas de physique hindouiste ou de chimie coranique. Or, le Savoir cela ne se transmet pas par des gènes ou par des prières. Cela se transmet par un enseignement. La république laïque, elle est enseignante ou elle n’est pas. Son pivot c’est l’Ecole. […] Les convictions sont particulières et la règle de trois, elle est universelle. [Et il faut que l’on sache séparer l’un et l’autre, que la création de l’univers en 7 jours ou l’infériorité congénitale de la femme n’aient pas le même statut que le raisonnement scientifique] »
L’apprentissage de la Raison rend l’individu libre des opinions, les siennes propres comme celle des autres. Mais probablement à cause d’Hiroshima et d’autres fractures de notre monde technologique, la confiance en la science et dans le progrès a reculé. […] Ainsi un ami de Régis Debray, professeur de SVT qui expliquait la formation de la croûte terrestre a vu au fond de sa classe, une main se lever pour lui dire que si telle était son opinion à lui (au professeur) et il en était libre, lui élève il en a une autre parce qu’il la tient de l’imam de son quartier…
Et Régis Debray de conclure : «  Quand le socle du savoir tremble, l’idée républicaine n’est plus sûre de ses bases ».
Je résumerai plus rapidement les deux autres facteurs d’inquiétude.
L’Etat : Le désarmement de la puissance publique par rapport à la privatisation du Monde. Toutes les mesures de laïcisation ont été le fruit d’une volonté politique, c’est-à-dire d’en haut vers le bas. De l’Etat vers la société. Ce fut le cas de la 3ème République en France, de l’Etat Kemaliste en Turquie ou de la volonté politique de Bourguiba en Tunisie.  Encore faut-il un Etat, ajoute t’il et d’expliquer que l’Etat a perdu peu à peu de sa consistance..
Enfin l’écrit. Aujourd’hui nous sommes entrés dans le monde des écrans. Or l’écran préfère l’image à l’écrit. Et l’image appelle davantage à l’émotion qu’à la réflexion, au court terme qu’au long terme qui s’inscrit dans l’écrit. Or la laïcité s’inscrit dans la durée.
Et il ajoute « La partie n’est pas perdue mais il faut attacher sa ceinture parce que ça va secouer »
Et en conclusion, il se permet un avertissement :
« La laïcité n’est pas le laïcisme. La laïcité ne cherche pas à neutraliser, à aseptiser la société en la nettoyant de toute trace de religiosité. Ce serait totalitaire et parfaitement idiot. [..] Le religieux ce n’est pas le spirituel. Le spirituel cela concerne la vie intérieure. […] Le religieux ça se professe en dehors et en public. Cela crée des processions, des associations, des journaux. Le religieux c’est même fait pour cela, pour arborer des signes extérieurs d’appartenance.
Ne faisons pas de notre laïcité une anti-religion pour ceux qui n’ont en pas, dans le sens « ôte toi de là que je m’y mette ». Soyons plus modeste.
Il ne faut pas demander à la laïcité, ce qu’elle ne peut nous donner […]
La laïcité est une construction juridique et une législation ne donne pas un sentiment d’appartenance, d’entraide mutuelle et de fierté collective.
La laïcité ne répond pas aux questions fondamentales : d’où venons-nous, où allons-nous ? […]
La laïcité ne peut pas remplacer la religion sinon elle devrait devenir elle-même une religion.
Et si elle devenait une religion, elle ne serait plus ce qu’elle est : elle serait la religion de certains contre d’autres et non pas un cadre de coexistence de plusieurs valeurs, simplement une valeur parmi d’autres. »
Oui la laïcité n’a rien de comparable avec la religion, elle ne saurait prétendre à ce rang qu’en se reniant elle-même. Je trouve la réflexion de Régis Debray sur ce sujet de laïcité encore, s’il est possible, plus accomplie que sur les autres sujets abordés cette semaine.

Jeudi 22 septembre 2016

Jeudi 22 septembre 2016
«Dieu
C’est l’Infini qui dit « Moi, je » et qui de surcroit pense à moi.»
Régis Debray

Pour qu’il n’y ait pas d’ambigüité, Régis Debray précise toute de suite que son sujet est précis et délimité, il va parler de « Dieu » avec D majuscule, l’Unique.

Celui qui a émergé dans une région précise : le croissant fertile en Mésopotamie, entre l’Irak et l’Egypte d’aujourd’hui et qui dans le chapitre 3, §6 du livre de l’Exode s’est présenté à Moïse par ces mots :

« Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob. »

Celui que les hébreux ont désigné par le tétragramme « YHWH », que les chrétiens ont plutôt appelé « Seigneur » ou « Mon Père » et qui a pour nom arabe et pour les musulmans du monde entier « Allah ». Car il y a bien continuité entre les 3 religions du Livre et qui tous parle de la même entité transcendante, universelle et unique.

Le Dieu du monothéisme ! Alors que Régis Debray précise

« Le terme de monothéisme ne figure pas dans l’Ancien Testament, pas plus que celui de religion dans le nouveau. ».

Et Régis Debray de définir :

« C’est l’Infini qui dit « Moi, je » et qui de surcroit pense à moi. Il allie ces deux qualités a priori incompatibles qui sont la Transcendance et la proximité. D’une part, le Créateur est radicalement supérieur et distinct du monde créé, du monde sensible qui m’entoure mais il m’est possible de l’interpeller, dans un rapport intime de personne à personne. Autrement dit c’est un dehors absolu qui peut me parler du dedans. Il nous entend, nous voit et nous console. Et on peut s’adresser à lui non seulement par un datif cérémonieux : « Deo Gratias », « Merci à Dieu », mais par un vocatif plein de reproches : « Mon Dieu, pourquoi m’as-Tu abandonné ? ». […] Tutoyer l’Absolu un peu rudement, c’est bel et bien une révolution dans l’Histoire de l’esprit…»

Et Régis Debray de nous inviter :

« Alors ouvrons le dossier »

Je vous avoue que cette émission est encore plus compliquée à résumer que les quatre autres, tant le cheminement intellectuel du philosophe sur ce sujet est fécond, imbriqué, large et laisse peu de place à la possibilité de simplement picorer.

Je vous en livre l’introduction :

« Ce Dieu majuscule n’est pas né de rien, ni n’importe où, il a donc une Histoire. Il a une écologie, c’est-à-dire un milieu… Il a une logistique, c’est-à-dire des moyens de transport et il a un medium, c’est-à-dire un support. Il a aussi des problèmes à résoudre, certains d’ordre intellectuel et il a des responsabilités d’ordre historique. L’affaire on le voit n’est pas simple.

L’Historique d’abord ! Car l’Eternel n’a rien d’éternel. Celui qui est entré dans l’Histoire des hommes a lui-même une Histoire toute fraiche. « Dieu » est un « tard venu » dans l’Histoire des entités célestes. L’homo sapiens a environ 100 000 ans d’existence, l’âge des toutes premières sépultures. »

Et il pose cette question et donne cette réponse : « Et Dieu quel âge a-t-il ? 2500 ans ! »

Et il continue

« C’est un  parachuté de dernière minute sur les terres de sapiens sapiens et même sur ceux  du peuple Hébreux. […] Cette tribu fut d’abord, comme tous les autres, polythéistes, puis monolâtre c’est-à-dire avec un Dieu national identitaire qui en tolère d’autres chez les voisins, avant d’embraser la cause d’un Dieu universel à tous les peuples et singulier, ayant conclu une alliance avec le seul peuple hébreux.

Ce Dieu dont nous parlons a émergé entre le 7ème et le 6ème siècle avant notre ère. Entre le règne centralisateur de Josias (-627) et l’exil à Babylone (-587). Sa première apparition incontestable, apparaît dans les derniers chapitres du Livre d’Isaïe dans la Bible, livre écrit après le retour des Judéens captifs à Babylone, après leur libération par le perse Cyrus.

Dieu le père, fut l’enfant d’une catastrophe, d’une catastrophe humiliante qu’a été la destruction du royaume de Juda et du Premier Temple de Jérusalem par Nabuchodonosor en -587.

C’est le fruit d’une grande construction rédactionnelle, d’une rédaction « ex post ante », faite après coup. Une reconstruction littéraire par une élite captive à Babylone et qui a voulu s’expliquer le pourquoi de sa défaite et de sa déportation, en réécrivant tout son passé, en s’inventant à titre rétrospectif un Dieu aussi protecteur que le puissant Dieu babylonien Mardouk, Dieu avec lequel cette élite avait fait alliance. Et c’est pour avoir rompu ce pacte d’alliance qu’est intervenu la punition divine et l’envoi en exil pour cause de désobéissance. Ce fut une terrible mésaventure qui est consignée dans le Deutéronome, non sans quelque mégalomanie propre à réparer une honte nationale »

Arrivé à ce stade vous êtes à la 11ème minute de l’émission qui dure 1 heure et dont vous trouverez l’intégralité derrière ce lien : <Allons aux faits : Que faut-il entendre par Dieu ?>.

<La datation scientifique de l’écriture de la bible hébraïque la situe bien autour de la déportation à Babylone>.  Si la rigueur scientifique ne permet pas d’affirmer que le personnage de Moïse a été inventé à ce moment-là, [il faut cependant savoir qu’aucune source historique en dehors des textes bibliques ne fait mention de Moïse], on a écrit l’histoire de ce personnage à ce moment de l’Histoire. Pour Abraham et ses enfants qui sont encore plus éloignés de cette période, il en va de même.

Régis Debray montre aussi que l’émergence de Dieu a dû attendre l’apparition de l’écriture, dans la même région du croissant fertile.

En outre, le Dieu monothéiste présente cet avantage par rapport aux dieux statufiés qu’il est facile de l’emmener avec soi. Les hébreux ont trouvé cette solution d’emmener avec eux, l’arche d’alliance c’est à dire les tables sacrés des commandements divins. Les autres peuples étaient incapables d’emmener avec eux la grande statue de Baal ou de Marmouk. Le monothéisme aime la dématérialisation.

Le croyant sincère peut être choqué que l’on écrive : ton Dieu a 2500 ans. En effet, si Dieu existe, il a toujours existé, sinon il ne serait pas Dieu.

Certes !

Mais ce que montre Régis Debray, c’est que Sapiens Sapiens a vécu 97 250 ans sur ses 100 000 ans d’existence sans Dieu monothéiste. Aujourd’hui encore, d’immenses civilisations comme la chinoise, l’indienne se passent très bien d’un Dieu unique et universel.

Régis Debray a écrit un livre, paru en 2003, que nous possédons dans notre bibliothèque et que je n’ai pas encore lu <Dieu un itinéraire>.

<Vous pourrez aussi regarder ce dialogue d’une grande intelligence entre Régis Debray et Jean-François Colosimo>

<753>

Mercredi 21 septembre 2016

Mercredi 21 septembre 2016
«La religion
Le spirituel nous prépare à la mort, la religion prépare les obsèques»
Régis Debray
Régis Debray nous apprend d’abord que le mot « religion » est une particularité locale, c’est-à-dire un mot créé dans l’Occident chrétien. Selon lui, ce mot n’a pas d’équivalent dans les autres civilisations. Il traque dans les grandes langues de l’humanité les différents mots que l’Occident a traduits par le mot religion, en montrant que cette traduction est erronée et très approximative.
C’est le sociologue Emile Durkheim qui a tenté de définir de manière savante ce mot :
« Une religion est un système solidaire de croyances et de pratiques relatives à des choses sacrées, c’est-à-dire séparées, interdites, croyances et pratiques qui unissent en une même communauté morale, appelée Église, tous ceux qui y adhèrent. ».
On constatera, l’incongruité de l’utilisation du mot « église » qui ramène irrémédiablement au christianisme.
« Religion » vient du latin « Religio ». Et dans la Rome antique, « Religio » signifiait le respect des institutions établies.
Et le christianisme, dans ses débuts, a été traité par les érudits romains face à la Religio, de superstition.
Ainsi Tacite (58-120) dans ses Annales, en évoquant les persécutions de Néron a écrit :
« Néron […] fit souffrir les tortures les  plus raffinées à une classe d’hommes détestés pour leurs abominations et que le vulgaire  appelait chrétiens. Ce nom leur vient de Christ, qui, sous Tibère, fut livré au supplice par le procurateur Pontius Pilatus. Réprimée un instant, cette exécrable superstition se débordait de nouveau, non-seulement dans la Judée, où elle avait sa source, mais dans Rome même, où tout ce que le monde enferme d’infamies et d’horreurs afflue et trouve des partisans.  »
Une exécrable superstition… écrivait Tacite.
On attribue à <Tertullien qui vécut autour des années 200> le fait d’être parvenu par son érudition et sa force de conviction à inverser le sens des termes et de rendre respectable le christianisme en lui attribuant le nom de « religio » alors que les autres pratiques romaines et notamment le paganisme devenaient des « superstitions »
Il existe deux étymologies du mot : la païenne – relegere, recueillir (Cicéron) – et la chrétienne : religare, relier (Lactance).
Régis Debray précise : « relegere, c’est relire avec attention, d’où vient l’expression accomplir religieusement une tâche ». Pour lui le contraire de ce sens est « distraction »
L’étymologie du mot nous enjoint donc à comprendre la religion comme rassemblement (religare) et recueillement (relegere), ou encore communauté et prière, lecture des textes saints.
Non seulement le mot religion n’existe pas dans les autres civilisations, mais on ne trouve pas trace, selon Régis Debray, du mot religion dans la bible hébraïque (ancien testament), ni dans les évangiles.
Au moment des débats sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat, les républicains de 1905 ont choisi de ne pas parler de la religion mais des cultes. Régis Debray écrit :
« Le mot de culte me paraît plus adéquat. Le culte c’est deux choses : une réunion (des assemblées) et des rituels. Il y a culte dès qu’il y a une croyance qui réunit des gens et que cette croyance est une croyance en une réalité ou un sujet méta-empiriques. Ce peut être un ancêtre, un événement passé, une déité, une personnalité. »
Mais si le mot « religion » s’est imposé dans le monde comme l’«étalon maître des croyances» c’est en raison de la colonisation occidentale et de la suprématie des nations chrétiennes pendant la phase de la révolution industrielle. L’Islam en outre sur bien des points et notamment sur celui-ci s’est inscrit dans l’héritage chrétien. L’Islam ayant vocation de constituer la religion monothéiste qui accomplit les deux autres qui l’ont précédé.
Car le terme de religion est intiment lié à ces cultes monothéistes dont Régis Debray explique :
« Non seulement, ces religions [monothéistes] entendent régler nos mœurs et notre vie intime mais ce sont elles qui ont liées la notion de croyance et la notion de vérité et ça c’est de la dynamite. – vera religio veri Dei – “la vraie religion du vrai Dieu. »
Et je finirai par cette brillante étude comparative de civilisation :
« Cette idée que nous a rendu naturelle des siècles d’enseignement religieux dans notre culture, semblera totalement barbare ou idiote à un chinois, à un japonais ou à un indien. Cette idée que parce qu’on a une religion on ne pourrait pas en avoir une autre. Un japonais né en milieu shinto n’hésitera pas à se marier chrétien et à mourir bouddhiste. Un chinois han se promène en souplesse entre Bouddha, Confucius et le Tao, sans avoir à renier un « isme » par un autre. [En outre] les mots « bouddhisme », « taoïsme » et « confucianisme » sont des inventions des intellectuels occidentaux, non des penseurs asiatiques. D’ailleurs les temples en Chine sont la demeure de toutes les divinités, et l’encens ne fait pas le détail. Et en Inde, un fidèle de Vishnou ne trouvera pas répréhensible d’aller fleurir l’autel de Shiva »
Vous trouverez tous ces développements <Ici>
Vous y trouverez aussi la phrase qui sert d’exergue à ce mot du jour, tellement explicite et juste qu’il n’est pas nécessaire d’expliquer davantage.

Mardi 20 septembre 2016

Mardi 20 septembre 2016
« Le sacré.
Il n’y a pas de sacré pour toujours, mais il y a toujours du sacré»
Régis Debray
La seconde émission de Régis Debray avait pour thème le sacré.
Dans notre monde sécularisé, nous pensons que le sacré s’est éloigné de notre univers, ou nous le pensions. Depuis le massacre de Charlie Hebdo, nous avons avec effarement eu des débats sur ce mot qui nous paraissait d’un autre temps : « le blasphème ». Mais Régis Debray nous montre qu’en réalité le sacré ne nous a jamais quitté. Ce n’était pas forcément un sacré religieux, mais il y a toujours du sacré. Le fait est que dans notre langage nous avons exclu de notre vocabulaire le mot “sacré” et ses dérivés mais pas sa réalité.
Régis Debray introduit le sujet de la manière suivante :
« Que faut-il entendre par sacré ?
Rien n’est sacré en soi, mais on ne connait pas de société même laïque qui n’ait en son sein un point de sacralité, quelque chose qui autorise le sacrifice et interdit le sacrilège. […]
Etrange destin que celui de ce mot. […]
Hier dans toutes les bouches […], il n’est plus bien porté, il n’a plus droit de cité.
« Sacré » est devenu tabou ou malséant. Le substantif fait peur par ce qu’un référent ainsi baptisé suppose de révérence et l’épithète « sacré » fait sourire par la nuance d’ironie admirative qu’on y met : oui parce que “une sacrée musique” n’est pas “une musique sacrée”.[Cette utilisation de l’adjectif veut probablement conjurer d’autres utilisations anciennes comme] « l’amour sacré de la patrie » qui fait trop sentir la terre et les morts, le cantique des armes et l’hécatombe des corps.
Ainsi le mot sacré s’est-il absenté des discours publics, il est proscrit de nos textes législatifs. On peut dire par exemple qu’une sépulture a été profanée, on peut écrire un texte contre  l’outrage à la marseillaise ou au drapeau, on peut interdire la manipulation du génome de l’espèce humaine […].
Mais on ne peut revenir aux sources pour dire qu’une sépulture, qu’un drapeau, ou que le génome humain ont quelque chose de sacré en eux.
Oui, parce que c’est logique, s’il n’y avait rien de sacré dans tout cela, il n’y aurait ni profanation, ni outrage, […].
« Profaner » oui ! Cela se dit couramment. Sacralité, halte là !
C’est comme un  livre de cuisine qui parlerait du cuit mais pas du cru ou d’un bulletin météo qui parlerait du froid mais pas du chaud. […]
Nous nous étonnerions sans doute d’entendre dans la bouche de nos politiques le mot de « sacré ». Ils utilisent le terme doucereux et sucré de « valeur ».
La valeur est molle, le sacré est dur.
La valeur ça plaît à tout le monde, c’est la fonction du kitsch.
Le sacré ça effraie !
Le sacré peut se définir comme cela : qui légitime le sacrifice et qui interdit le sacrilège.
Or nous n’avons aucune intention de nous sacrifier pour quoi que ce soit et nous détestons viscéralement les interdits, sauf pour avoir la gloriole de les enfreindre. […]
Nous estimons que la pédophilie est un crime sans pardon. Ou qu’aller se faire cuire un œuf sur la flamme du soldat inconnu à l’arc de triomphe ou pire ouvrir une crêperie sous le portique de l’entrée du camp d’extermination d’Auschwitz constitue plus qu’une incongruité ou un acte de mauvais goût. Mais surtout que le mot sacrilège ne soit pas prononcé !»
Ainsi Régis Debray raconte comment à Moscou, un policier est venu lui intimer l’ordre d’immédiatement éteindre la cigarette qu’il fumait non dans mais devant le mausolée de Lénine. Il en a tiré la conclusion que l’athéisme officiel n’est pas « sacrifuge » mais au contraire « sacrophile », il aime le sacré jusqu’à la manie.
Il affirme aussi que «  le premier réflexe d’une société qui sent son délitement c’est de sacraliser, de consacrer pour consolider et affirmer. » L’exemple qu’il donne est dans toutes les mémoires, vous vous souvenez que la marseillaise a été sifflée lors du match de football France-Algérie, le 6 octobre 2001. En réaction, le législateur a fait une loi qui se retrouve dans le Code Pénal article 433-5-1. : « Le fait, au cours d’une manifestation organisée ou réglementée par les autorités publiques, d’outrager publiquement l’hymne national ou le drapeau tricolore est puni de 7 500 euros d’amende. Lorsqu’il est commis en réunion, cet outrage est puni de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende. »
Bref un sacrilège et une sanction pour celui qui le commet !
Il est toujours important de revenir à l’étymologie : Le mot « sacré » vient du  latin « sacer » qui signifie « séparation ». Nos ainés en monothéisme, la religion juive avait structuré cette séparation dans le Temple de Jérusalem qui avait une structure concentrique, avec des parties publiques et des parties toujours plus sacrées et toujours plus rarement accessibles, jusqu’au centre, le « Saint des saints » ou était conservée l’Arche d’alliance et qui était l’endroit le plus séparé du reste.
L’antinomique du « sacré » est « profane », du latin « profanus » (de pro «devant» et fanum «lieu consacré»). Le profane est donc ce qui se trouve à l’extérieur du sacré.
Mais la religion juive, exprime encore de manière plus explicite cette équivalence entre le sacré et la séparation. Régis Debray nous explique : « “Soyez Saint” enjoint le Lévitique aux Hébreux !  Traduction « écartez-vous ne vous assimiliez pas.» »
Le texte exact est Levitique 20 :26« Soyez saints, consacrés à mon service, parce que je suis saint, moi, le Seigneur. Je vous ai mis à part des autres peuples pour que vous soyez à moi.
Et Debray de continuer : « Ne mélangez pas la laine d’origine animale avec le lin d’origine végétale (Deutéronome 22-11). Ne mélangez pas le lait avec la viande (Exode 23-19). Et , ne vous mélangez pas avec les goyims.
Ce qui vaut pour le textile et les aliments vaut pour l’humain et le territoire.
Israël doit rester séparer des autres nations et son territoire a été proclamé inaliénable par le peuple Juif. »
Le sacré fait frontière et les frontières c’est sacré. <Ainsi le dieu latin Terminus était le maître des bornes et des limites>. Et on se souviendra que selon une légende, Romulus tua son frère Rémus parce que ce dernier avait sauté le sillon qu’il venait de tracer pour délimiter le mur, c’est à dire la frontière de la ville de Rome qu’il entendait créer.
Pour Debray, les églises chrétiennes, catholique et protestante préféreront la sainteté au sacré : «  Le sacré concerne les choses, la sainteté concerne les hommes. […] Le sacré est primitif, il est là avant le divin, le Dieu unique est encore postérieur. […] Rien n’est sacré par nature, mais n’importe quoi peut le devenir : un arbre comme pendant la révolution française, la source d’un fleuve, un parchemin. »
Vous savez sans doute que les saxons avaient un arbre sacré « Irminsul » qui fut abattu en 772 sur l’ordre de Charlemagne. A l’époque c’était des fanatiques chrétiens qui faisaient disparaître le patrimoine sacré d’autres peuples, mais cet épisode est souvent célébré dans nos livres d’Histoire. Pourtant, dans l’histoire de l’Humanité, ce fait n’est pas différent de celui où les talibans ont fait exploser les Bouddhas de Bamiyan.  Certes l’Unesco n’existait pas à cette époque.
J’ai tiré l’exergue du mot du jour, de ce développement de Régis Debray :
« Le sacré se désacralise. Je peux proclamer dans la cité du Vatican que le Christ n’est pas ressuscité, le genre de propos qui m’aurait fait sentir le fagot il y a quelques siècles d’ici, mais si je venais proclamer sur les trottoirs du Caire que Mahomet n’a jamais rien reçu de l’ange Gabriel alors je risquerai ma peau. Notez qu’au Caire si il y a 3000 ans, si j’avais nié la résurrection d’Osiris, j’aurais été assez vite expédié au royaume des morts.
Le sacré d’aujourd’hui n’est pas le sacré d’hier, ils peuvent même se succéder sans grave difficultés. C’est pourquoi je dis qu’il n’y a pas de sacré pour toujours, mais il y a toujours du sacré. 
Et il y a toujours en France des gens capable de donner leur vie pour une cause.
Certes, il n’en existe plus beaucoup qui réciteraient : « Mourir pour la patrie, c’est le sort le plus beau, le plus digne d’envie »
Et rare sont les chrétiens qui seraient prêts, en France, de donner leur vie en l’honneur d Dieu et de la Foi. Même s’il y en eut, à Tibhirine en Algérie par exemple.
En revanche pour la maisonnée, pour les enfants ce ne serait pas impossible. Comme on dit “la famille c’est sacré !” Il y a comme un retour sur le noyau dur, c’est-à-dire la famille.
Et je ne parle pas bien sûr des « humans bombs » qui impose leur martyr aux autres au nom de leur Foi.»
Une autre sacralisation moderne est celle du patrimoine culturel, les œuvres qui sont inscrits dans ce patrimoine sont inaliénables. Et Régis Debray de raconter :
« Le sacré ne se marchande pas, ainsi Fidel Castro visitant le Louvre a demandé devant « La Joconde » combien cela coûte ? Il lui fut répondu, ce tableau n’a pas de prix, il n’est pas sur le marché. De même si à Madrid, un prince Qatar souhaite acheter « Guernica » de Picasso, on lui expliquera fermement, cette œuvre « sacrée » ne peut s’acheter.
Enfin, on peut l’espérer et ce sera le cas tant que ces œuvres seront sacralisées. »
Et le philosophe d’expliquer : «Le sacré c’est ce qui me rattache au passé et me fait la promesse d’un avenir. »
Même si ce mot du jour est encore très (trop ?) long, je suis incapable d’en présenter toutes la richesse que vous trouverez <Réalités religieuses (2/5) : Que faut-il entendre par sacré>
Je finirai par cette conclusion qui est une quasi-prière :
« Sacralisons, ce qui nous fait tenir debout et ne profanons pas jusqu’à l’indispensable. En France, on peut se prendre à penser que la République aurait un avenir plus assuré du jour où le Chef de l’Etat oserait évoquer à voix haute, en haut d’une tribune, non des valeurs en carton-pâte mais notre Sacré laïque et républicain. »

Lundi 19 septembre 2016

Lundi 19 septembre 2016
« La croyance
Je n’hésiterai pas à inscrire la croyance en tête de liste de nos nécessités vitales, en tête de liste des aides à la personne […] propre à l’entretien de ce qu’on appelle la vie, à savoir l’ensemble des fonctions qui résistent à la mort. »
Régis Debray
Que nous arrive-t-il ?
En Europe, nous pensions que le progrès, issu de la révolution des Lumières et des découvertes scientifiques et techniques permises grâce à elle, était en marche de manière irrésistible.
Cette évolution était accompagnée de manière continue et inexorable de la sortie du religieux. C’est pourquoi, le retour du fait religieux nous laisse désemparé, dans l’incompréhension.
Dans ce questionnement, j’ai écouté, avec un immense, intérêt 5 émissions produites par Régis Debray, cet été, sur France Culture et qui avaient pour thème : les réalités religieuses <Allons au fait – les émissions>.
Il a interrogé successivement ces 5 notions :

La croyance

Le sacré

La religion

Dieu

La Laïcité

Un livre est annoncé pour le 3 octobre : <Allons aux faits – le livre>
Commençons par la croyance.
Croire !
Pour philosopher sur la croyance, il introduit son sujet en montrant combien croire fait partie de notre quotidien:
« Le monde où on vit n’est pas le monde où on pense. Pour les têtes pensantes, il est mal vu de croire et conseillé de savoir !
Depuis Platon, le philosophe met la croyance sur la sellette. […] C’est le degré zéro de l’intelligence. […] La science est une machine à “décroire”.
Mais dans le monde où on vit ? Le vôtre, le mien ?
Chaque geste, chaque parole nécessite un acte de foi.
Quand je dépose un chèque à la banque, ou encore plus risqué quand je mets un bulletin de vote dans l’urne.
Quand je me rends à un rendez-vous qu’on m’a donné la veille, quand je lis dans le journal ou quand je m’adresse à mon fils comme étant véritablement mon fils, je fais confiance,  spontanément !
Je tiens sur sa bonne mine, tel candidat comme crédible.
Je compte bien que le billet que j’ai en poche peut s’échanger contre un  vrai paquet de cigarettes.
D’ailleurs sous la révolution, un assignat s’appelait un billet de confiance. »
Dans tous ces cas énumérés, il ne s’agit pas de savoir mais de croyance, nous croyons que…, sans nous rendre compte que dans ces cas, nous croyons. »
Après nous avoir montré que la croyance fait partie de notre vie, même si nous ne nous déclarons pas croyant, il va tenter de donner les raisons de la force de la croyance :
«A la croyance nous devons signer une reconnaissance de dettes, pour 3 motifs :
Si nous n’avions pas la faiblesse, mais la force de croire :
– nous n’aurions pas l’avenir devant nous ;
– nous n’aurions pas une société ou vivre et
– nous n’aurions pas d’actions à entreprendre.
Disons que l’incroyance absolue est un luxe de légume et que nous aurions tort d’en abuser.»
Et il développe et explicite ces trois raisons :
«1° La croyance fait respirer le temps, elle desserre l’étau du présent.
Credo vient d’une racine indo-européenne qui désigne le fait de donner une chose à quelqu’un avec la certitude de la récupérer plus tard. Je fais faire une offrande à un Dieu, auquel je crois, avec l’idée qu’il va me rétribuer, qu’il me le rendra un jour. Je prends une créance sur l’avenir.
De celui ou de cela auquel je crois, j’attends une rétribution en différé.
Autrement dit, le croyant c’est un homme en attente, qui met ses verbes au futur, comme Jaurès, ainsi que le lui reprochait Clemenceau. Oui parce que Jaurès était un croyant impénitent, croyant dans l’avenir et même peut être en Dieu.  […]
2° Un croyant n’est jamais seul, en fait un croyant croit pour ne plus être seul […].
Ce n’est pas toujours facile de croire, en dépit des réalités, mais c’est un plus, malgré tout. Parce que c’est épouser une communauté et rentrer dans l’orchestre. […]
Alors quand on dit à un croyant : c’est idiot ce que vous croyez, d’ailleurs ce que l’on croit n’est jamais vrai, c’est Valery qui l’a dit, il vous répondra peut être : Je sais bien, mais quand même, j’ai un toit pour m’abriter et des frères et des sœurs pour me tenir chaud, j’ai un parti, j’ai une église, j’ai une confrérie […]. Votre vérité, elle est froide, elle ne me rapporte rien, alors que ma croyance m’augmente. Elle me rend fier d’être ce que je suis, parce qu’elle m’assure une appartenance. Elle m’insère dans un “nous” beaucoup plus grand et plus fort que moi, le « nous » de tous les croyants, à la même croyance que moi.
Vous pouvez dire que les religions, les idéologies sont des mythes. Oui ! Mais des mythes au service d’une société d’entraide et d’admiration mutuelle.
Pour être savant : « La logique du collectif ne relève pas de critères  cognitifs »
3° Croire c’est se mettre en mouvement. C’est sortir de sa passivité et de la résignation.
Dire que nous croyons en quelque chose, c’est dire que nous ferons quelque chose. […] C’est prendre des risques »
[…] L’homme de cœur va peut-être dans le mur, mais il y va, l’homme de pensée voit plus clair mais reste en arrière.
Il y a une preuve à contrario, il suffit de regarder autour de nous
La France qui n’y croit plus c’est un mélange de chacun pour soi et de maintenant c’est maintenant. On n’attend plus grand-chose, on prend plus beaucoup de risques et on ne se tient même plus les coudes. […]»
Et il ajoute ce que les lecteurs du « Sapiens » d’Hariri comprennent immédiatement :
«Un spermatozoïde et un ovule cela peut faire un fœtus, mais pour faire un petit homme il faut beaucoup plus. Il faut des prohibitions, des lois, des mythes, bref il faut du fantastique, [il faut du récit]. »
Et  c’est sa conclusion que j’ai utilisé comme exergue de ce mot du jour :
«La croyance est à la fois nécessaire et dangereuse. Je n’hésiterai pas à inscrire la croyance en tête de liste de nos nécessités vitales, en tête de liste des aides à la personne […] propre à l’entretien de ce qu’on appelle la vie, à savoir l’ensemble des fonctions qui résistent à la mort.»
C’est tout simplement passionnant. Ce message ne donne qu’un petit aperçu de cette réflexion féconde et intelligente dans le sens où l’intelligence vous montre un aspect de la question qui vous surprend et change votre perception : <Réalités religieuses 1/5 Que faut-il entendre par croyance ? >